Comment les CFF assurent le transport des clients et des marchandises tout en protégeant le climat

Outre la mobilité douce, à savoir la marche à pied, le vélo ou encore le patin à roulettes, le train est le mode de transport le plus écologique. Le saviez-vous? Pour pérenniser cet avantage, les CFF se concentrent non seulement sur leur résultat, mais aussi sur la protection de l’environnement.

    En leur qualité d’entreprise durable, les CFF s’engagent en faveur de la protection du climat. D’ici à 2025, ils entendent diviser par deux leurs émissions de CO2 par rapport à 1990. Comment y parvenir? Grâce à de nombreux programmes de petite et de grande envergure. En voici quatre exemples.

    Du courant renouvelable fait maison

    Le courant de traction provient en grande partie (environ 90%) de centrales hydrauliques appartenant à l’entreprise. Mais les CFF n’en restent pas là: d’ici à 2025, ils souhaitent générer la totalité du courant ferroviaire, qui dispose par ailleurs de sa propre fréquence (16,7 hertz), à partir de sources d’énergie renouvelables. Cela devra déjà être le cas pour le courant domestique (50 hertz) dès 2019. Les CFF apportent ainsi une contribution importante à la protection du climat.

    Vous souhaitez en savoir plus sur le courant de traction et le courant domestique? Vous trouverez plus d’informations à l’adresse suivante.

    L’histoire de l’onde verte

    D’ici à 2025, les CFF entendent économiser 20% de la consommation d’énergie annuelle prévue, soit un total de 600 gigawattheures ou l’équivalent de la consommation électrique annuelle des 150 000 ménages tessinois. Pour atteindre cet ambitieux objectif énergétique, les CFF comptent exploiter le potentiel d’économie de tous les domaines de l’entreprise. Le système de la régulation adaptative (ADL), également connu sous le nom d’«onde verte», en est un parfait exemple. L’ADL fournit des recommandations de conduite aux mécaniciens de locomotive pour leur permettre d’éviter les freinages imprévus avant les signaux d’arrêt. Les trains circulent ainsi de manière plus fluide tout en utilisant l’énergie de manière plus rationnelle et en ménageant le matériel. La régulation adaptative permet aux CFF d’économiser chaque année 72 gigawattheures de courant et de réduire leurs frais énergétiques d’environ 6 millions de francs. Ce chiffre correspond à la consommation de courant annuelle de l’ensemble des ménages de la ville de Fribourg, qui compte environ 38 000 habitants.

      Chauffage juste-à-temps

      Désormais, les systèmes de chauffage sont couplés à l’horaire journalier grâce à une programmation supplémentaire en centrale et à la commande des voitures. Chaque composition connaît ainsi l’heure de sa prochaine rotation et peut activer elle-même le chauffage en temps voulu. Cette méthode permet aux CFF d’économiser chaque année 5 gigawattheures de courant, sans aucun désagrément pour la clientèle.

      Le courant électrique joue un rôle de premier plan aux CFF. Sans courant, aucun train ne circule et les gares sont plongées dans l’obscurité. Vous trouverez plus d’informations sur l’alimentation électrique à l’adresse suivante.

      Le bois plutôt que le mazout

      Les CFF souhaitent renoncer aux chauffages utilisant des combustibles fossiles. Ils font ainsi appel à des sources d’énergie renouvelable pour le chauffage des bâtiments, dans les limites des possibilités techniques et économiques. Ils ont par exemple recours à des pellets, neutres en CO2 et produits à base de déchets de bois provenant des scieries suisses. Depuis 2015, quelque 220 000 litres de mazout ont ainsi été remplacés par des pellets dans plus de 20 installations à l’échelle du territoire.

      Du reste, le train consomme en Suisse environ quatre fois moins d’énergie et rejette vingt fois moins de CO2 que la voiture sur un trajet comparable. En optant pour le train, vous contribuez donc vous aussi de manière notable à la protection de notre environnement. Vous trouverez plus d’informations sur le développement durable et la protection de l’environnement à l’adresse suivante.